Reviens à Brehat, le roman de Patricia LE GARF Rotating Header Image

Livre d’or

Ce qu’en pensent ceux qui l’ont déjà lu.

N’hésitez pas à inscrire vous-aussi vos sentiments, réactions…

Merci pour la lecture de ce livre qui m’a été offert par ma soeur – indépendamment de l’intrigue. Moi qui suis une Bréhatine, quel bonheur de parcourir Bréhat et ses environs avec les personnages, de plus étant née à Paimpont on dirait que ce livre m’était destinée. Quels enrichissements dans les détails. Mais maintenant j’aimerais savoir si il y a une suite ? Ce livre sera à Bréhat au coté d’Orsenna et de Kerfélec, pour mes locataires. Merci de bien vouloir me répondre. Cordialement
L’insulaire Réjane le 29/09/2014

Réponse
Bonjour et merci de ce témoignage qui me fait très plaisir. Être à côté de grands noms me remplit de joie… en espérant un jour prochain être un peu plus connue que je le suis. Car le plus difficile est bien d’amener à soi un public. Toutes les personnes qui lisent le roman, même si au départ elles ne comptaient pas l’acheter – mais ont été au final séduites -, me renvoient des messages très positifs et ça me donne de l’énergie pour poursuivre ce long chemin.

Oui Réjane il y a bien une suite… Au départ, ce n’était pas prévu mais une nièce a planté dans mon esprit une petite graine qui a germé alors que j’écrivais la fin de « Reviens à Bréhat ». Ainsi j’ai pu ajouter de ci, de là, quelques détails qui rebondiront dans le second tome. Les grandes lignes sont écrites ; les thèmes que je voudrais voir aborder sont arrêtés – mais d’autres peuvent émergés lors de l’écriture – : ceux qui ont un impact direct sur les personnages comme les secrets de familles, le décès d’un être cher, et ceux qui influent sur leur vie comme le diktat de la presse, ou le commerce diamantaire – et le trafic qui en découle – qui sert de base pour expliquer l’impensable…  Mais je ne peux m’étendre au risque de vous livrer quelques croquantes et surprenantes intrigues qui vous surprendront je pense.
Maintenant il me reste à devenir la marionnette de ce cerveau imaginatif pour que les idées dansent sur le papier
! Toutefois, bien que je comprennes l’envie des premiers lecteurs de lire la suite le plus rapidement possible, je ne peux m’engager sur une date de parution. Merci à vous de me laisser du temps, pour vous livrer le meilleur.

Nota : pour être informée(s) de la suite, vous pouvez m’adresser la page 485 du roman. Vous pouvez m’aider à faire connaître le roman, si vous le souhaitez, en distribuant quelques marque-pages autour de vous, que je vous enverrai avec plaisir.

« … Madame, Souvenez-vous…
Ma femme et moi nous nous étions arrêtés en fin d’après-midi à votre table afin de discuter de votre roman et de cette jolie île de Bréhat. Vous aviez pris le temps de discuter de votre passion de l’écriture.
C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai lu votre livre en ce début d’hiver. Celui-ci est fort bien écrit et les personnages sont très attachants. J’ai pu retrouver par vos mots toute la magie que l’on ressent lorsque l’on parcourt cette île soit à pied comme nous l’avons fait, soit en vélo pour d’autres. J’ai eu bien du mal à refermer ce roman dont j’ai très hâte de connaître la suite qui je l’espère ne tardera pas trop. Continuez d’écrire aussi bien et faîtes nous rêver, peut–être sur une autre île. Bien amicalement »
Patrick F de Saint-Herblain le 25/11/2012

Réponse
Sur une autre île, pourquoi pas ! Je me suis interrogée sur la nécessité que j’avais à vouloir faire voyager mes personnages, mes intrigues. Bréhat – Forêt de Paimpont – Lorient – Paris – Nice – Franche-Comté – Ghisoni (Corse) pour la France et Sénégal – Italie – Île de Serck – Tunisie pour l’ailleurs… Le voyage est-il prétexte pour moi à découvrir d’autres lieux, d’autres univers ou n’est-il qu’un cadre comme d’autres le seraient. Au final, il est plus que cela. Par lui, je découvre, avec les yeux de l’émerveillement, les endroits dont je veux m’emparer, par lui, je rencontre, je partage…  Petite anecdote à ce propos : lorsque j’ai écrit la partie italienne, je voulais la voir se dérouler où il y aurait oliviers et vins pour aborder l’art de l’élaboration de ces deux produits. Ce devait être la Toscane… à 1000 km de mon domicile… un peu loin pour y aller pour seulement 3 jours… Je me suis donc « rabattue » sur la Lombardie, à 5h seulement de la maison. Et mes recherches m’ont permis de découvrir l’une des huiles les plus fines d’Italie… où l’ami d’enfance de Enzo a repris la fabrique familiale ! Lier l’inventif au réel pour vous faire voyager par l’esprit et physiquement lorsque vous aurez la chance de vous rendre sur place.

Je ne sais pas si j’ai envie de lire le tome 2 tellement j’ai peur de les voir malheureux !!! Revient à Bréhat est SUPER. Je vous remercie.
Josiane M de Dampvalley-Les-Colombe le 17/11/2012

Votre livre m’a passionnée. Découvrir Bréhat me donne envie de partir en vacances sur cette île. J’attends avec impatience la suite. Ce livre me donne l’idée de faire un cadeau à mes amies qui aiment lire.
Nicole L Vaivre le 10/10/2012

Bonjour ! J’ai également adoré ce livre !! Moi qui lis habituellement des romans – communément appelé chicklit – style « Le diable s’habille en Prada… » j’ai découvert un tout autre langage… Votre roman mêle amour, voyage, et thriller. Chaque soir, j étais pressée de continuer à lire la suite des aventures… Je n’ai pas été déçue ! Et maintenant je l’ai prêté à mon copain qui semble très intéressé ! (évidemment il y a quelques scènes ‘hot’) ;)
Émi, Nice

Bonjour,
On m’a offert votre livre… j’ai commencé à mettre le nez dedans un dimanche. Dès le lundi, je n’ai eu de cesse de terminer ma journée de boulot pour me replonger dans l’histoire. J’ai adoré, même si je n’ai pas toujours été fan de toutes les descriptions. Une question : pourquoi avoir fait subir ça à Carole (le personnage féminin principal pour ceux qui n’ont pas encore lu le roman) ? J’ai aimé votre façon de parler d’amour…
Moi aussi, je suis impatient de lire autre chose de vous. Faites-le moi savoir. Merci pour ce bon moment passé avec vos personnages… en Bretagne et ailleurs !
Jeannot de Villefranche/Mer

Réponse
Oui Carole est malmenée, je dois bien le reconnaître… Pourquoi ? Il faut comprendre que je suis un peu tous mes personnages : ce que j’ai été et j’ai fait, ce que je suis et je fais et ce que j’aimerais être et faire… Ainsi, par eux, j’ai été, je suis et je serai… Ainsi, j’utilise logiquement certains vécus et d’autres abondent dans ma tête, sans y être invités, pour s’entremêler… Autre piste : peut-être ai-je voulu me malmener en lui faisant subir ces affres, cette séquestration…  Adrienne est aussi quelque peu malmenée non ? Et dans la suite, l’un des personnages centraux va mourir !

Bonjour,
Ce livre qui m’a beaucoup plu ! Moi qui ne lis pas souvent de romans, je me suis tout de suite accrochée aux personnages et à l’histoire qui a beaucoup de rebondissements! J’ai vraiment passé un bon moment et j’ai découvert des lieux que j’ai vraiment envie de découvrir maintenant (car ils sont très bien décrits et on croirait presque découvrir les paysages avec les personnages) ! Merci !
Coralie, Besançon

Un roman qui m’a séduite et captivée au fil du déroulement. J’attends avec impatience la parution du 2ème épisode.
Nadine de Villers-en-Vexin le 7/10/2012

J’ai beaucoup apprécié votre roman. Je ne connaissais pas le livre sur la fibromyalgie, mais celui-ci vaut la lecture. Captivant du début à la fin. Vous m’avez donné envie d’aller à Bréhat. Un jour prochain peut-être, qui sait !
Pascale, Vesoul

Et le comité de lecture

« Amour, suspens et trahison. Une valse des sens et de l’esprit, au rythme des voyages de Carole. Comment ne pas succomber à la farandole de saveurs qui les émaille ? Comment ne pas palpiter en suivant cette jolie brune dans l’incroyable aventure où la conduit son audacieuse décision ? »
Corinne, professeur de lettres classiques, 46 ans

 « Un voyage dans le monde tortueux des sentiments humains, sur fond de paysages idylliques, dans une Bretagne rêvée. »
Yannick, documentaliste, 35 ans

« Intrigue, rebondissements et surtout descriptifs de régions avec la précision et le détail font de ce roman un livre intéressant. Précisions également dans les domaines artistiques : sculpture, peinture. J’ai beaucoup apprécié cette lecture. »
Michèle, retraitée

« Histoire prenante, envoûtante même, dans des lieux enchanteurs, des univers inconnus ou partiellement connus (les fleurs, le monde culinaire), me donnant l’envie d’aller sur les traces des personnages, en Italie, en Corse et en Bretagne. Juste un moment de pur bonheur que je ne trouve pas dans tous les livres ! »
Mireille, assistante maternelle, 50 ans

« Même si ce n’est pas le genre de livre que je lis d’ordinaire, je me suis prêté à l’exercice, eu égard à ma compagne. Je dois reconnaître qu’il est plutôt bien écrit et avec un style qui lui est propre.  L’histoire est prenante car sans cesse pleine de rebondissements, là où on ne les attend pas. Et quant à la fin, je me demande encore ce qui a pu motiver les derniers événements ! »
Alain, cuisinier, 58 ans

« Ce livre nous plonge dans un récit exaltant et surprenant, aux multiples rebondissements. D’une histoire d’amour, qui pourrait sembler banale, surgit une cascade de voyages intrigante où les personnages se retrouvent face à un destin inattendu. Le lecteur enchanté sera le témoin de la vie pas si ordinaire de gens simples et d’un amour tellement difficile à conquérir. »
Séverine, professeur d’anglais, 35 ans

« J’ai aimé le roman à partir du moment où les personnages prennent “ corps ” (et âmes…), deviennent consistants, dans leurs pensées, émotions, sentiments, dans ce qu’ils se découvrent peu à peu en commun. Ce sont vraisemblablement des épicuriens : passion pour l’art, dont la peinture, certains lieux – la Bretagne insulaire – et l’île de Bréhat, en particulier, le goût de la bonne chère et des bons vins…. Mais je dois avouer que j’ai failli stopper ma lecture lorsque j’ai découvert le mode de sélection de la « parfaite » épouse. Pour moi, c’est le summum du surfait et du clinquant qui nous révèle un personnage identique ou pire que ce petit monde snob dont l’auteure souhaite qu’il se démarque. Cela m’a mise mal à l’aise, se rapprochant quelque peu de la téléréalité. Mais au final, je ne regrette pas cette lecture car le roman ne se résume pas qu’à ce passage ; il vaut vraiment le détour. »
Annie, assistante sociale, 47 ans

Mise en oeuvre du roman

Au mois d’octobre 2011, douze personnes se sont prêtées à l’exercice de lire le roman pour corriger les fautes et erreurs grammaticales et apporter leur avis.  Toutes ont aimé le roman, en apportant quelques annotations sur des parties jugées un peu longues ou un peu courtes à leur goût. Une seule a été dérangée par l’intrigue qui est le point de départ du roman.
Puis en novembre, nous nous sommes réunis à quelques-uns pour en parler et voir les premières propositions de couvertures.
Puis j’ai repris les corrections, améliorations afin de permettre la relecture par deux nouvelles personnes en février 2012. J’ai poursuivi les corrections jusqu’en mai 2012 afin de livre le fichier définitif à l’imprimeur en juin.

Belle expérience que celle de pouvoir être maître de TOUT, du contenu jusqu’à la couverture finale. Ce que j’imaginais arrêté trouvait sans cesse des rebondissements, tant au niveau des corrections – et grâce au comité de lecture – que de l’aboutissement de la couverture.

Le comité de lecture se composait de :

– une femme au foyer (50 ans), grande lectrice de romans,
– une femme retraitée, grande amoureuse des livres,
– un professeur documentaliste (32 ans), dont la grande connaissance des livres a permis un travail de fonds important,
– deux professeures de français (42 ans et 45 ans), dont la littérature n’ont pas de secrets pour elles. Et deux autres professeures de français pour une deuxième lecture,
– une professeure d’anglais (35 ans), lectrice hors pair,
– un cuisinier (57 ans), mon ami, qui lit beaucoup, énormément mais pas de roman avec fonds d’intrigue amoureuse.
– une designer (27 ans), ma fille, pour savoir si le roman pouvait intéresser des femmes plus jeunes ou qu lisent des romans dit chick-lit,
– une étudiante en doctorat (25 ans), pour la cible jeune et dynamique !
– une assistante sociale (47 ans), fibromyalgique, rencontrée il y a quelques années. Je savais qu’elle avait participé à un comité de lecture et je lui ai proposé de se prêter à l’exercice.


Retour à la page précédente